Ukraine
Chiffres clés
Source : dictionnaire encyclopédique Hachette, 1997
Drapeau national ukrainien - © Zenon Iwasykiw

   

  Ukraine. État d’Europe, l'Ukraine fut jusqu’en 1991 l’une des républiques fédérées de l’U.R.S.S., situé sur la mer Noire, frontalier de la Biélorussie au Nord, de la Russie à l’Est, de la Moldavie, de la Roumanie, de la Hongrie, de la Slovaquie et de la Pologne à l’Ouest . Avec une superficie de 603700 km², le pays compte 51704000 habitants, dont 72,7% d'Ukrainiens et 22% de Russes. La capitale est Kiev (Kyiv). Le pays est placé sous un régime à pouvoir exécutif fort. La langue officielle en vigueur est l'ukrainien, le russe étant néanmoins assez répandu. La monnaie natioanle est la hryvnia. Les principales religions donnent une population composée principalement d'orthodoxes, catholiques et uniates. 

l'Ukraine et ses pays limitrophes
Cliquez pour voir apparaître des cartes détaillées dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur

[Carte 1 (154Ko)][Carte 2 (49Ko)]

 

  Histoire. ­ Kiev (en ukrainien Kyiv) fut le centre du premier État russe (Kyivska Rous, IXe-XIIe siècle), puis autour de Halicz se constitua la principauté de Galicie-Volhynie (XIIIe-XIVe s.). À partir du XIVe s., la région tomba sous la domination de la Pologne qui voulut y faire triompher le catholicisme; la noblesse polonaise s’y tailla d’énormes domaines. Au XVIe s. se formèrent des groupes de cosaques Zaporogues, qui d’abord luttèrent contre les Tatars sur les rives du Dniepr. Au XVIIe s., le danger tatar écarté, ils devinrent les défenseurs des paysans ukrainiens contre les Polonais et les champions de l’orthodoxie, puis se placèrent finalement sous la protection de la Russie. 

En 1667, la Russie obtint la rive gauche du Dniepr et la région de Kiev et, après les partages de la Pologne à la fin du XVIIIe siècle, la plus grande partie de l’Ukraine occidentale. Mais la Galicie, la Bukovine et la Ruthénie passèrent à l’Autriche. À la suite de la révolution d’octobre 1917, l’Ukraine fut en proie à de violents troubles en raison de la proclamation de deux républiques: l’une, nationaliste, se voulait indépendante. L’autre, bolchevique, voulait son rattachement à l’État soviétique. L’Ukraine fut pendant trois ans le théâtre de furieux combats: troupes allemandes (1918), armées blanches de Denikine (1919-1920) et armées polonaises luttèrent contre les bolcheviks. En 1921, elle fut amputée au bénéfice de la Tchécoslovaquie, de la Roumanie et surtout de la Pologne. La partie restante forma la république socialiste soviétique d’Ukraine (qui adhéra en 1922 à l’Union soviétique). 

L’occupation par l’armée allemande (1941-1944) fut très dure. En 1945, les territoires perdus en 1921 furent intégrés à l’Ukraine soviétique, à laquelle la Crimée fut rattachée en 1954. Les aspirations nationalistes sont restées puissantes, notamment en Ukraine occidentale, et se sont doublées de revendications religieuses des catholiques de rite grec (uniates, dont le culte fut interdit par Staline en 1946). 

Ayant proclamé sa souveraineté en 1990 et son indépendance en août 1991 (confirmée par un plébiscite en décembre, en même temps qu’elle élisait pour président L. Kravtchouk), l’Ukraine fait partie des républiques qui ont fondé la C.É.I.. Les tensions avec la Russie (à propos de la Crimée et du partage de l’Armée rouge) se sont apaisées en 1992: les deux pays ont projeté de développer leurs relations et ont partagé, à terme, la flotte de la Mer noire. La grave crise économique entraîne l’instabilité des gouvernements successifs. En 1994, l’Ukraine a scellé la dénucléarisation par l’accord tripartite avec les États-Unis et la Russie en échange d’une aide américaine et a élu Leonid Koutchma président de la République (juillet). La nouvelle constitution est adoptée en juin 1996. Un mois après, le gouvernement ukrainien présente sa démission au président Leonid Koutchma. Ce dernier nomme alors Pavel Lazarenko à la tête du nouveau gouvernement, mais le remplace rapidement par le vice-premier ministre Vassily Dourdiniets en juin 1997. Les prochaines élections présidentielles auront lieu en octobre 1999.

 

  Géographie et économie. L'Ukraine est une région de plaine au sol de terre noire généralement fertile (tchernozem). Le climat, à tendance continentale dans le Nord, s’adoucit dans le Sud et présente des caractères arides dans le Sud-Est, où s’est développée l’irrigation. Les principaux cours d’eau sont le Dniepr, le Dniestr et le Prout (hydroélectricité abondante). Grande productrice de blé, de maïs, de betteraves sucrières et de tournesol, ayant un important cheptel bovin, porcin et ovin, la république a épuisé ses ressources en hydrocarbures (pétrole, gaz naturel) mais possède encore d’importantes ressources minérales: manganèse, et surtout charbon (Donbass) et fer (Krivoï-Rog). Les industries lourdes (sidérurgie et constructions mécaniques), anciennes et puissantes, sont groupées dans le Donbass et dans la vallée du Dniepr. Les industries chimiques, mécaniques et alimentaires sont bien représentées. Cependant 80 % de la production industrielle ne réalise pas un cycle complet de production sur le territoire de l’Ukraine. La dépendance économique de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie a entraîné une grave crise après l’effondrement de l’U.R.S.S. Les côtes de Crimée demeurent une région touristique en plein essor. L’Ukraine possède le principal port sur la mer Noire: Odessa. 

Ukraine subcarpatique, nom donné jusqu’en 1945 à la partie occidentale de l’Ukraine, située au pied des Carpates, et également nommée Ruthénie subcarpatique.

 

  Kiev (Kyiv). Capitale de l’Ukraine, au confluent du Dniepr et de la Desna. Avec 3130000 habitants (agglomération), c'est un grand centre industriel (constructions mécaniques) et culturel ( université). 

Cathédrale Ste-Sophie (1017-1037, de nombreuses fois remaniée dans le style byzantin d’origine). 

Première capitale de ce qu'il est convenu d'appeler la Russie Kievaine (Kyivska Rus), dont l’apogée se situe sous le règne de Iaroslav Vladimirovitch (XIe siècle), Kyiv fut détruite par les Mongols de Batu khan (1240). Il en résulta un éclatement en principautés réparties à l'Ouest et au Nord de la ville : Galicie, Volynie, Pologne, Lithuanie et Russie. 

Du XIVe au XVIIe siècle, elle fut placée sous la suzeraineté de la Pologne. En 1775, elle devint la capitale de la Petite Russie. Dévastée par les Allemands en septembre 1941, elle fut reprise par les Soviétiques en novembre 1943. 

Kyiv, la cathédrale Sainte Sophie 

Cliquer pour obtenir une vue agrandie dans une nouvelle fenêtre

Kyiv, le monastère de la Laure des Catacombes

Cliquer pour obtenir une vue agrandie dans une nouvelle fenêtre


[haut de page][Histoire][Géo-Eco][Kyiv]